France

Italie / Canada

Equateur

Mais qui est Nicolá Cruz ? Il pratique une electronica étonnante, aérienne, lumineuse et aquatique, parfois un rien funky, à consonance délicatement ethnique, qui fleure bon les grands espaces de la cordillère, l'Altiplano. Et pourtant, Nicolá Cruz est né, de parents équatoriens, dans une cité ni futuriste ni exotique… à Limoges (!), il y a une vingtaine d'années. Il quitte l'Hexagone très vite pour aller vivre à Quito, la mégapole andine, capitale montagneuse, 2,5 millions d'habitants, perchée à 2.850 mètres d'altitude, près du volcan Guagua Pichincha.
Quoique fasciné par la culture, les coutumes et les rites de ses ancêtres, les anciennes mythologies, les traditions folkloriques, Nicolá Cruz est souvent présenté comme le protégé de Nicolas Jaar, qu'on écoute beaucoup sur La Planète Bleue. Nicolá Cruz télescope les traditions indigènes précolombiennes avec la production électronique contemporaine. Les explorations sonores sud-américaines ne sont pas courantes, et Cruz a une approche autrement plus subtile que la scène cumbia, notamment. A l'origine percussionniste, il est devenu un expérimentateur en bricolages sonores, a enregistré son premier album dans un entrepôt de Quito. Entre la cordillère des Andes et la jungle amazonienne, à l'avant-garde de la scène équatorienne, ses mix de voix et de beats downtempo évoquent l'eau, la nature, la survie de son peuple en ses terres sauvages et volcaniques.

France / Chine

Vanuatu

Suisse

Suisse / Italie

Argentine

Niger

Allemagne

Autriche

France / Corée

France


La Planète Bleue volume 9Les amateurs et les collectionneurs le savent bien, pour les précédents volumes de la collection La Planète Bleue, j'ai eu le privilège de collaborer avec quelques-uns des plus grands noms de la BD internationale, tout particulièrement dans le secteur de la science-fiction : Leo, Cosey, Marvano, Moebius, Bilal, Malfin et Caza.
Le concept de La Planète Bleue étant d'inviter l'auditeur à découvrir des artistes souvent méconnus, pour ce volume 9 j'ai fait le choix de solliciter non plus un dessinateur déjà rayonnant aux coins du globe, mais un jeune créateur prometteur, quoique Grenoblois, Mathieu Bablet, auteur déjà de plusieurs albums, notamment l'impressionnant Shangri-La. Il compte parmi ces artistes complets qui font tout, tout seul : scénario, dessins et couleurs. La fulgurance de certaines de ses visions m'a subjugué, comme une porte ouverte à la circulation des âmes.