la planète bleue

La Planète Bleue fait sa rentrée... et reste libre !

Plus libre que jamais, d’une richesse culturelle inégalée, La Planète Bleue a fait évoluer son format. Dorénavant mensuelle, sur un format de 90 minutes, elle est diffusée par un réseau libre de radios indépendantes :

logo Radio Vostok logo GRRIF logo Ellébore logo Au bord de l’eau

Ce nouveau réseau libre de radios indépendantes offre de multiples moyens d’écoute : streaming, podcast, FM, DAB+.

Nous allons nous interroger sur le nouvel engouement pour l’espace, qu’on n’avait pas connu depuis 50 ans, depuis les premiers pas de l’homme sur la Lune. Pourquoi se passionne-t-on à nouveau pour la Lune ? Y aurait-il un lien avec l’insistante odeur de fin du monde qui rythme l’actualité ?
Devant notre incapacité totale à faire bouger les lignes, beaucoup de jeunes sont rejoints par plusieurs ONG, et appellent à la désobéissance civile : "La République des pollueurs doit être paralysée". D’autres vont plus loin, et posent la question toujours taboue : la "dictature verte" que dénoncent les sceptiques et les rêveurs serait-elle la seule réponse efficace face à une urgence climatique qui met en péril l’humanité, la faune et la flore ?
Nous allons évoquer les croyances toxiques, même si la formule ressemble à un pléonasme. D’où nous vient cet irrépressible besoin de croire ? Pourquoi dilapider notre confiance ? Pourquoi renoncer à notre libre-arbitre ? Pourquoi solder nos capacités à douter, à contester, à progresser ? Pourquoi une telle démission face au savoir, face à la culture ? Les croyants ont une propension historique à faire que rien ne bouge, que les pauvres restent pauvres, et que les privilégiés continuent à compter leurs billets. Même si ça ne saute pas aux yeux, la croyance rime presque toujours avec le conservatisme…
Si nous continuons la surpêche, ce n’est pas qu’il y aura bientôt plus de plastique que de poissons dans les océans, c’est qu’il y aura beaucoup de plastiques, mais plus du tout de poissons ! A ce rythme, il n’y aura plus de poissons dans les mers et les océans en 2048 ! La prochaine génération ne connaîtra pas les poissons ! Alors, l’ONG Sea Shepherd, l’organisation de l’activiste Paul Watson, a publié un son surprenant, le cri de 30 animaux marins agonisants : baleines harponnées, poissons coincés dans des filets, dauphins ensanglantés. Tous enregistrés sous l’eau par Sea Shepherd. C’est le “Sound of Sea", le S.O.S de l’océan…
Nous allons nous pencher sur une réflexion très intéressante, venue des labos de recherche, notamment en biologie, qui interroge les philosophes. Pendant longtemps, on a cru qu’il existait une frontière infranchissable entre les humains et les animaux. Les éthologues nous ont expliqué qu’on s’était bien trompé. Les biologistes et les philosophes nous montrent qu’on commet la même erreur avec le monde végétal : les plantes seraient des êtres sensibles, conscients, communicants, élaborant des stratégies… bref, des êtres intelligents…
Le panoramique sonore va nous entraîner ce mois-ci de la Côte d’Azur à New York, d’Autriche en Norvège, de Los Angeles à Londres, du Caire à Munich, de Berlin en Serbie, de Brooklyn à Liverpool, de Belgique au Canada et jusque dans les profondeurs océaniques, bienvenue sur la Terre !

Diffusion le mois de mai 2019.

Les couleurs de La Planète Bleue

Venez visiter le mur d’images interactif de La Planète Bleue.

L’une des émissions de radio les plus podcastées dans le monde.

Avec sa volonté farouche d'exposer de nouvelles idées, de nouvelles attitudes, de nouveaux concepts, des perspectives non encore établies, La Planète Bleue se démarque radicalement de tout ce qui se fait à la radio. Mondiale et futuriste, insoumise, non-alignée, anticonformiste, La Planète Bleue propose chaque semaine des musiques différentes et des infos différentes. Il s’agit d'inviter l'écouteur(se) à porter un regard original sur l'actualité et sur le monde. Et d'immiscer un souffle d'utopie, de ré-enchanter la radio. Science-fiction musicale et planète sans frontières, ici se dessinent les sons de demain.

A l'origine, La Planète Bleue était l’émission expérimentale de Couleur 3 (Radio Télévision Suisse). Au fil des ans, elle est devenue la plus populaire de la chaîne.

Diffusée pendant 22 ans par Couleur 3 (945 éditions), reprise par Radio Nova, Radio-Canada La Première, Radio Monaco et quelques autres, c'est l’une des émissions de radio les plus podcastées dans le monde. Elle est écoutée dans 80 pays.

La Planète Bleue volume 9

La Planète Bleue volume 9



La Planète Bleue volume 8

La Planète Bleue volume 8