France

Italie / Canada

Equateur

France / Chine

Vanuatu

Suisse

Suisse / Italie

Le drone est un genre musical pointu, partageant son nom avec les petits engins volants qui bourdonnent au-dessus de nos têtes. Dans les deux cas, l'origine du mot est anglaise : drone, ronronnement, bourdon. Pour beaucoup, le bourdonnement est un son irritant de la vie quotidienne, comme le bruit d'un frigo ou le ronronnement de la ville. En musique, le drone est un son continu, dépourvu de rythme et de mélodie, un effet qui a traversé l'histoire de la musique, des sons traditionnels aux musiques expérimentales, en passant par le jazz et le rock. Il existe peu de littérature sur la musique drone. Son dilaté, musique méditative, résolument arythmique. C'est là toute son originalité, son intérêt et sa séduction. Car s'il est un domaine marqué par le rythme, c'est bien celui de la musique. Pourtant, une multitude de compositeurs se sont lancés dans la quête du son éternel, unique, ininterrompu, un son libéré auquel aucune rythmique n'est adjointe, un son étendu qui ne s'éteint plus. Pour eux, le drone est un espace de recherche, où ils inventent un nouveau rapport au rythme, en développant un continuum sonore récusant toute forme de césure, une esthétique ultra-statique. Ils entendent libérer le son de l'homme, pour le laisser évoluer de manière autonome. On parle parfois de statisme ou de "compositions à une note", rendues fascinantes par l'évolution de la tessiture du son. Il s'agit d'un travail de sculpture de l'espace sonore, aux textures massives et rugueuses qui interfèrent directement avec les corps. Pour l'auditeur, ce genre musical très à part est une expérience mentale, sinon spirituelle. C'est aussi une expérience corporelle intense, parfois très physique.
Beaucoup attribuent l'invention du drone à La Monte Young, ce jeune californien surdoué qui fréquentait Charlie Parker et Miles Davis du haut de ses 20 ans, à la fin des années 50. Mais l'usage du bourdon est beaucoup plus ancien. Il remonte à l'Antiquité, notamment dans les ragas indiens. En Occident, il apparaît dès le Moyen-Âge : le grondement constant assuré par la vielle à roue ou la voix servant de socle à la mélodie vocale.
Les drones les plus connus proviennent des infrabasses du didgeridoo des Aborigènes australiens. Il y a aussi le fameux bourdonnement assourdissant, digne d'un essaim d'abeilles géant, produit par les vuvuzelas, qui rendit dingues les footballeurs — et les ingénieurs du son — de la Coupe du Monde de foot 2010 en Afrique du Sud.
Dans un secteur plus créatif, le drone a influencé le jazz (John Coltrane et Miles Davis s'y sont intéressés de près) mais surtout les musiques expérimentales et minimalistes. Il a donné naissance aux musiques planantes, popularisées par le krautrock, et à l'ambient, grâce aux travaux de Jon Hassell et Brian Eno.

Argentine

Niger

Allemagne

Autriche

France / Corée

France


La Planète Bleue volume 9Les amateurs et les collectionneurs le savent bien, pour les précédents volumes de la collection La Planète Bleue, j'ai eu le privilège de collaborer avec quelques-uns des plus grands noms de la BD internationale, tout particulièrement dans le secteur de la science-fiction : Leo, Cosey, Marvano, Moebius, Bilal, Malfin et Caza.
Le concept de La Planète Bleue étant d'inviter l'auditeur à découvrir des artistes souvent méconnus, pour ce volume 9 j'ai fait le choix de solliciter non plus un dessinateur déjà rayonnant aux coins du globe, mais un jeune créateur prometteur, quoique Grenoblois, Mathieu Bablet, auteur déjà de plusieurs albums, notamment l'impressionnant Shangri-La. Il compte parmi ces artistes complets qui font tout, tout seul : scénario, dessins et couleurs. La fulgurance de certaines de ses visions m'a subjugué, comme une porte ouverte à la circulation des âmes.